fbpx
Structure Silo Intro

Comment mettre en place une structure en silo pour améliorer son référencement naturel ?

En marketing digital, le principal indicateur de la performance d’un site web est le taux de clics qui le caractérise. Or, ce taux dépend essentiellement de la position qu’occupe ledit site sur les pages de résultats de Google (les SERPs). En effet, les statistiques indiquent que près de 31,7 % des clics sont effectués sur le lien qui s’affiche en première position sur les pages de résultats, et 75%, sur l’ensemble des sites occupant les 3 premières positions. En tant que tel, améliorer votre positionnement SEO est crucial pour développer votre business en ligne. Et si vous cherchez à savoir comment mettre en place une structure en silo pour améliorer votre référencement naturel, voici comment procéder.

Les secrets du référencement naturel sur Google

Avant toute chose, nous allons vous révéler quelques secrets de Google qui font que votre site se trouve à la position qu’il occupe actuellement dans les pages de résultats.

La mission des robots algorithmiques de Google

Chaque jour qui passe, les robots algorithmiques de Google – connus sous le nom de « Googlebots » ou encore « web crawlers » – crawlent plus de 130 000 milliards de pages internet. Au passage, le crawling est une opération par laquelle ces robots explorent tout le web à la recherche de nouveautés et de mises à jour afin de proposer les meilleurs contenus aux internautes qui lancent des recherches dans la barre de recherche de Google.

Heureusement ou malheureusement, ces web crawlers travaillent tous les jours et à toutes heures, indexant les pages en fonction de la qualité du contenu qu’elles proposent. C’est d’ailleurs pour cela qu’il est recommandé de ne pas laisser vos sites ou blogs statiques. En publiant régulièrement des contenus nouveaux, vous garderez vos sites à jour, ce qui favorisera leur référencement naturel.

Cela dit, les publications régulières ne suffisent pas pour grimper dans le classement SEO, car les Googlebots demandent plus que de la nouveauté. Ils exigent d’autres éléments.

De quoi dépend le positionnement SEO d’un site web ?

Au cas où vous ne le sauriez pas, les web crawlers  traitent chaque jour, plus de 80 000 requêtes de recherche. Cela équivaut à un total de 7 milliards de requêtes de recherche traitées par jour. Pour fournir les meilleures réponses, les web crawlers analysent certains éléments précis sur les sites.

Le netlinking, les balises HTML, etc.

Dès qu’ils viennent sur votre site, les web crawlers évaluent sa qualité en analysant entre autres :

  • La qualité des balises HTML utilisées, notamment : La balise Title qui est une balise clé ; La balise en-tête ; La balise Meta Description ; Les balises Hn (H1 à H6) ; Les balises Alt (pour l’insertion des images) ;
  • La structure et l’aération des textes (usage du gras, usage des listes et des puces, la longueur des phrases, la taille des paragraphes, etc.) ;
  • Le nombre de pages web liées au site ;
  • Le taux de clics des pages, pour mesurer leur taux d’attractivité ;

Le maillage interne du site

La mission de Google étant « d’organiser l’information mondiale et la rendre universellement accessible et utile », les Googlebots doivent connaître la où les thématiques dont traite votre site pour mieux la référencer. Et comme vous vous en doutez, ils ne savent pas lire les contenus comme le font les humains.

Ils sont plutôt équipés d’algorithmes qui analysent la qualité du maillage interne des textes et étudient la proximité des termes afin de déceler les thématiques discutées sur le site.

Ils analysent donc la qualité et la fréquence d’utilisation des mots-clés, leur diversité et leur répartition sur l’ensemble des pages. Pour bénéficier d’un classement SEO, le site doit donc présenter une structure claire et bien hiérarchisée. Son maillage interne doit être réalisé de sorte que les contenus proches soient liés par un fil conducteur évident.

Et c’est justement pour cela qu’une structure en Silo est l’une des solutions les plus pratiques pour améliorer votre référencement naturel sur Google. Voyons à présent à quoi ressemble cette structure et comment on la réalise.

La structure en Silo : comment ça fonctionne ?

Connu de la plupart des spécialistes SEO, le « siloing » repose sur le principe fondamental selon lequel l’architecture d’un site influe sur son positionnement SEO. Mais qu’est-ce que cela veut dire en termes concrets ? Réponse.

Qu’est-ce qu’une structure en silo ?

Un silo est composé d’une page principale – ou page mère – et de sous-pages – ou pages filles – liées et placées à des niveaux inférieurs dans l’architecture globale du site. Il se fonde sur le choix de mots-clés et sur leur répartition par ordre de priorité sur des pages hiérarchisées.

En fonction du secteur d’activité, une structure en silo peut être composée de 3 à 10 niveaux consécutifs, le but invariable étant de renforcer la page mère en lui envoyant « du jus » depuis la base.

En bref, c’est une architecture composée d’une page mère et de pages filles et alimentée par un mot-clé principal, des mots-clés secondaires et des mots-clés de longue traîne capables de renforcer l’autorité du mot-clé principal, et par conséquent celle de la page mère.

Quel est l’impact d’une structure en silo sur le référencement naturel?

La structure en silo permet d’indiquer aux robots de Google, lorsqu’ils explorent les pages web du site, que des informations supplémentaires ou plus spécifiques sur le même sujet se trouvent dans d’autres pages filles du site.

Lorsque ces robots suivent le lien indiqué et découvrent que les pages et les mots-clés sont effectivement hiérarchisés et forment une structure bien claire, ils déduisent que les thématiques ont été discutées en profondeur sur le site.

Une telle qualité de maillage leur facilite la navigation à travers les pages. Ils arrivent à les crawler et à comprendre la ou les thématiques qui y sont abordées plus rapidement. Par conséquent, votre site grimpe tout naturellement dans les classements SEO.

Du coup, si vous créez de nouvelles pages et y placez des mots-clés trop diversifiés et sans aucun lien entre eux et avec la page mère, vous aurez du mal à rejoindre le TOP 3 des résultats de recherche. Voilà l’impact que peut engendrer une structure en silo sur un site internet. Et si vous avez compris le concept, voici comment concevoir une structure en silo.

Comment mettre en place une structure en silo sur votre site ?

La mise en place d’une structure en silo commence toujours par un travail d’identification des mots-clés idéaux. Plus clairement, il s’agit de rechercher, par analyse de la sémantique spécifique liée à votre secteur d’activité ou à votre niche, les mots-clés sur lesquels sera construit votre silo. Vous avez besoin, pour cela, d’avoir une idée des besoins des internautes et des requêtes qu’ils saisissent dans la barre de recherche de Google.

Vous aurez également besoin de connaître qui sont vos concurrents et le champ sémantique sur lequel ils fondent leur stratégie SEO. Voici des outils SEO pour vous aider à le faire :

  • SEMrush ;
  • Google Keyword Planner ;
  • Answer the question ;
  • fr ;
  • SEO Hero ;

 

En plus de vous révéler qui sont vos concurrents et l’ensemble des mots-clés qu’ils utilisent, ces outils SEO vous permettront de connaître le nombre de recherches mensuelles lancées par les internautes sur ces mots-clés ou sur des mots-clés similaires.

Certains de ces outils SEO, en l’occurrence SEMrush, vous permettront même de connaître l’intensité de la concurrence sur chacun des mots-clés et d’estimer la difficulté que vous aurez à vous y positionner.

Ainsi, vous pourrez plus facilement concevoir et affiner une liste de mots-clés sur laquelle vous allez vous positionner pour lutter contre les sites concurrents les mieux positionnés sur la thématique.

Structure en silo

Définir les niveaux sémantiques

Une fois que vous connaissez le champ sémantique autour duquel sera construite votre structure en silo, la prochaine étape consistera à organiser les mots-clés – mots-clés principaux, mots-clés secondaires et mots-clés de longue traîne – en fonction de leur pertinence et de leur niveau de priorité.

Il s’agit d’étendre le champ sémantique sur plusieurs niveaux. Au premier niveau, vous placerez les sujets généraux de votre thème principal. Au deuxième niveau, vous placerez des sujets un peu plus approfondis. Pour le troisième niveau, vous choisirez des sujets encore plus approfondis que les sujets du niveau 2, le but étant d’obtenir un contenu assez riche et diversifié.

Au passage, gardez à l’esprit que la page de niveau 1 est la plus importante dans votre arborescence. Si vous voulez y ajouter du texte, faites donc en sorte que celui-ci soit efficacement optimisé et conçu avec le champ lexical adapté.

C’est d’ailleurs pour ce besoin d’optimisation et de sémantique adaptée que les pages 1 des silos sont souvent des « landing page », c’est-à-dire des pages dédiées à une présentation de toutes les pages de niveau 2, suivie d’une brève description des pages de niveau 3, avec un placement d’ancres et de liens.

Combien de niveaux faut-il créer ?

Le nombre de niveaux dans un silo varie en fonction du secteur d’activité et de l’intensité de la concurrence. N’hésitez donc pas à étudier la structure en silo du TOP 3 de vos concurrents pour savoir combien de niveaux il vous faut en moyenne pour rivaliser efficacement avec eux.

Vous pouvez également utiliser des outils – comme Mindmeister – destinées à aider à la mise en place d’une structure en silo. Cet outil facilite la mise en forme des niveaux et des thématiques qui seront traitées à travers les divers niveaux.

Cas pratique de définition de niveaux sémantiques dans un silo

Supposons que vous avez créé un silo « Sport ». Si on considère que la thématique « sport » est placée au niveau 1, voici comment l’arborescence du site peut se présenter :

  • Le niveau 2 peut être composé de titres comme « sports nautiques », « sports de glisse », « sports d’intérieur », « sports d’extérieur » ;
  • Au niveau 3, sous « sport d’intérieur », on peut retrouver « tapis de course », « corde à sauter », « vélo elliptique », « tennis d’intérieur » ;
  • Au niveau 4, sous « tennis d’intérieur », on peut retrouver « comment jouer au tennis d’intérieur ? », « Quels équipements pour jouer au tennis d’intérieur ? », « les règles du tennis d’intérieur » ;
  • Au niveau 5, sous « Quels équipements pour jouer au tennis d’intérieur ? », on peut trouver « chaussures d’intérieur », « table de tennis indoor », « vêtements de tennis », « filet de tennis ».
  • Et ainsi de suite.

Evidemment, pour chaque niveau, des mots-clés principaux, secondaires et de longue traîne seront choisis en fonction des mots-clés choisis au niveau précédent. Une fois que ce travail est achevé, le « siloing »  proprement dit – c’est-à-dire la mise en place du silo – peut commencer.

Concevoir la structure en silo proprement dite

C’est le dernier virage de la construction de l’architecture en silo du site. Ici, vous devez linker les contenus entre eux.

Toutefois, si vous créez un maillage interne composé d’un mélange de thématiques, vous allez créer une confusion sémantique et il y a de fortes chances que vos visiteurs ne passent pas trop de temps sur votre site. De plus, cela jouera en votre défaveur lorsque les robots de Google passeront sur votre site pour étudier son arborescence.

Veillez donc à ne linker que des articles qui portent sur la même thématique et évitez de linker des articles portant sur différentes thématiques.

Et pour finir, n’oubliez pas que le but du siloing est de permettre aux internautes comme aux robots de Google de naviguer facilement à travers plusieurs pages de votre site, tout en restant sur la même thématique.

N’oubliez pas non plus que le but ultime est d’améliorer le référencement naturel en l’espace de quelques jours. Suivez donc l’impact de votre structure en silo sur votre référencement et s’il le faut, n’hésitez pas à effectuer des modifications ponctuelles.

Et pour finir, rappelons que la structure en silo à elle seule ne suffit pas à faire grimper un site dans le classement SEO. Il faut aussi penser par exemple à veiller à l’exactitude des informations, à la qualité de la rédaction, la qualité de l’expérience utilisateur, l’actualité des contenus, etc.

Call Now ButtonNous contacter